ūü™® O√Ļ sont ceux qui t‚Äôaccusaient ?

Accueil | Miracles | ūü™® O√Ļ sont ceux qui t‚Äôaccusaient ?

L’un des √©pisodes qui me fascine le plus dans la Bible est celui qui explique l‚Äôhistoire de la femme adult√®re. 

Les pharisiens de l’√©poque avaient d√©cid√© de la lapider pour le p√©ch√© commis. Mais avant de la lapider, ils l’ont amen√©e √† J√©sus pour Le pi√©ger et voir ce qu’Il ferait. 

Au lieu de jouer le jeu, J√©sus a commenc√© √† √©crire sur le sol. Lorsqu’ils L’ont press√© de donner une explication, Il leur a r√©pondu avec tellement de sagesse qu’ils n’ont eu d’autre choix que de partir les uns apr√®s les autres, laissant tomber les pierres qu’ils avaient en main. 

Quand il ne resta plus que la femme, J√©sus, voyant que personne ne l’avait condamn√©e, lui demanda : “Je ne te condamne pas non plus : va, et ne p√®che plus” (Jean 8:11, LSG). Je suis captiv√© par la simplicit√© et la profondeur de cette r√©ponse :

  • Je ne te condamne pas. J√©sus ne sera jamais l’un de ceux qui attendent en premi√®re ligne, des pierres √† la main. Il t’aime, et Il est pr√©sent pour toi, comme nous l’avons vu hier !
  • Va ! Ne reste pas bloqu√© dans ce chapitre de ta vie, ou dans cet √©chec. Continue d‚Äôavancer !
  • Ne p√®che plus. Tu sais pourquoi ? Parce que tu as la capacit√©, m√™me si tu ne le crois pas, de ne plus tomber dans ce p√©ch√©. Par cons√©quent, abandonne-le et laisse-le derri√®re toi !

Mon ami(e), lorsque les gens veulent te lapider, rappelle-toi que J√©sus t‚Äôa d√©j√† pardonn√©(e). 

Lorsque les autres pointent du doigt tes p√©ch√©s et tes √©checs du pass√© ou du pr√©sent, rappelle-toi que tu as un Avocat qui a d√©j√† pay√© de Son sang, pour te purifier et te pardonner. 

Aujourd’hui, saisis les promesses de Dieu pour ta vie. Ne t’en prive pas !

Tu es un Miracle !
Christian Misch

Souhaites-tu recevoir cet encouragement quotidien dans ta bo√ģte mail ? Inscris-toi √† ‚ÄėUn Miracle Chaque Jour‚Äô.



*En t'abonnant, tu acceptes les conditions générales de Jesus.net et la politique de confidentialité.